La Charge Des Tms Sur Les Systèmes De Santé Nationaux Anglais Et Français

By HexTransforma Healthcare

la colonne vertébrale

Les troubles musculosquelettiques (TMS) - troubles affectant les os, les muscles et les articulations - se manifestent par des douleurs et des problèmes de démarche et de mouvement. Il peut s'agir d'affections soudaines et de courte durée, comme les fractures, les entorses et les foulures, ou d'affections permanentes associées à une douleur et un handicap permanent, comme l'arthrite et le syndrome du canal carpien. Une bonne santé musculosquelettique est un aspect important du maintien des capacités fonctionnelles d'une personne tout au long de sa vie, et elle est également fondamentale pour vieillir en bonne santé.

Les troubles musculosquelettiques au Royaume-Uni

Comptant pour plus de 22 % de la charge totale de morbidité en Angleterre, les TMS - en particulier les problèmes de cou et de dos - représentent une charge énorme pour le système de sante anglais (le NHS), tant en termes de coûts que de temps. On vit plus d'années avec une incapacité musculosquelettique que n'importe quelle autre affection de longue durée, et les troubles musculosquelettiques sont la principale cause d'incapacité dans le monde.

Il existe plus de 200 affections musculosquelettiques connues qui :

  • Touchent 1 personne sur 4 au Royaume-Uni, dont 12 000 enfants
  • Coûtent au NHS 4,76 milliards de livres sterling par an - financés par l'argent des contribuables
  • Représentent 30 % des consultations de généralistes en Angleterre
  • Représentent plus de 25 % du nombre total de cabinets médicaux au Royaume-Uni
  • Entraînent la perte de 10,8 millions de journées de travail chaque année
  • Ont un impact énorme sur la qualité de vie de millions de personnes au Royaume-Uni
  • Sont associés à un grand nombre de comorbidités, notamment le diabète, la dépression et l'obésité

L’impact des troubles musculosquelettiques sur le système de santé et l’économie française En France, les TMS représentent 87 % des maladies professionnelles et le mal de dos représente 20 % des accidents du travail. En 2017, leur coût direct pour les entreprises s’est élevé à près de deux milliards d'euros à travers leurs cotisations accidents du travail et maladies professionnelles (AT/MP). Pour les salariés, près de la moitié des TMS entraînent des séquelles lourdes avec des risques de désinsertion professionnelle.

La Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail a constaté que les troubles musculosquelettiques et les problèmes de santé mentale sont les deux problèmes de santé liés au travail les plus répandus. Il est intéressant de noter que les problèmes de santé mentale vont souvent de pair avec les troubles musculosquelettiques et leur impact sur la qualité de vie ; cette statistique n'est donc guère surprenante.

Quelques chiffres pour représenter l’impact des TMS en France :

  • Représentent 30% des arrêts de travails
  • Entrainent 22 millions de journée de travails perdues
  • Coûtent 2 milliards d’euro dont la moitié est liée au mal de dos
  • Représentent 2 mois d’arrêt en moyenne pour un accident du travail lié au mal de dos

Les systèmes de soins de santé et les individus ne sont pas les seuls à souffrir des troubles musculosquelettiques (ou de leurs genoux !), il y a aussi toutes les entreprises pour lesquelles ces personnes travaillent. En France comme au Royaume-Uni, on constate une augmentation de l'absentéisme au travail, des incidents et des accidents dus à des réactions plus lentes causées par la douleur ou la fatigue, ainsi qu'une rotation accrue du personnel pour remplacer les personnes touchées (ce qui entraîne des coûts de formation et un temps d'adaptation). Les objectifs de productivité ne sont pas atteints, et il peut souvent y avoir une perte de qualité du travail et une réduction de la quantité produite, ce qui entraîne globalement une dégradation de la réputation et de l'image de marque de l'entreprise, voire un ralentissement économique du pays à plus grande échelle.

L'Institut français de veille sanitaire a mis en œuvre une politique - le Programme français de surveillance des troubles musculosquelettiques - en 2002, qui a déjà joué un rôle important dans l'information des autorités et du public sur l'incidence croissante des troubles musculosquelettiques. D'autres programmes de surveillance de ce type devraient être mis en place, tant au Royaume-Uni qu'en France, et les données pertinentes devraient être extraites et exploitées afin de réduire la charge qui pèse sur les citoyens et l'État.

Prévenir les troubles musculosquelettiques

Travaillant en tandem avec l'Arthritis and Musculoskeletal Alliance, le NHS England soutient le programme national d'amélioration de l'appareil locomoteur qui comprend la production de réseaux de soins solides et cohésifs afin de favoriser les améliorations locales des soins et des résultats pour les patients. La création et l'intégration d'opportunités locales par le biais de mesures préventives et la définition des compétences nécessaires pour fournir des soins aux personnes souffrant d'affections musculosquelettiques soutiennent ce programme et cette vision de l'avenir. Le cadre stratégique quinquennal de prévention, publié en 2019, a défini les engagements à promouvoir la santé et à prévenir les maladies musculosquelettiques dans l'ensemble des systèmes de santé et de soins. Des politiques de santé similaires sont également en cours de déploiement en France, et se concentrent notamment sur les mesures préventives pour les adultes actifs. Certains de ces programmes ont déjà joué un rôle important dans l'information des autorités et du public sur l'état et l'évolution du nombre croissant de TMS, même si les données recueillies ne sont pas encore pleinement exploitées.